VEOLIA Environnement et SUEZ Environnement


Comme les femmes de Verlaine…

Ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait une autre, VEOLIA Environnement (ex- Compagnie Générale des Eaux) et SUEZ Environnement (Lyonnaise des Eaux) se ressemblent comme deux gouttes d’eau ! Ces deux compagnies françaises séculaires au profil similaire mais à la taille différente sont les deux fleurons emblématiques du marché privatisé des services publics locaux industriels et commerciaux liés à l’environnement et au développement durable.

Elles œuvrent sur les mêmes créneaux, (en % d’activité) Véolia / Suez :

Eau et assainissement 36% contre 32%

Propreté et déchets 26% contre  43%

Autres (chaleur, transports…) 38% contre 25%

En France et dans le monde :

France 40% contre 44%

Europe (sauf France) 35% contre 38%

Autres pays 25% contre 18%

Leur actionnariat se ressemble :

Véolia Suez

Caisse des Dépôts : 9,6%, GDF Suez : 35,4%
Groupama : 5,7% Capital Research : 10,8%
Groupe Dassault : 5% Bruxelles Lambert : 7,1%
Natixis : 5% Caisse des Dépôts : 2%
Quatari Diar : 5% Aréva : 1,4%
Amundi : 4,6% CNP Assurances : 1,3%

Par le biais de la Caisse des Dépôts et Consignations et de GDF Suez, détenu lui-même à hauteur de 36% par l’Etat Français, ce dernier est indirectement l’actionnaire le plus important de ces deux sociétés et dispose même de la minorité de blocage dans Suez-Lyonnaise.
Les autres actionnaires sont des grands groupes industriels, des banques, des compagnies d’assurances et des fonds de placement étrangers dont les trop fameux fonds de pensions anglo-américains attirés par la rentabilité de leurs placements dans ces deux entreprises.

Une concurrence très relative :
Ces particularités ne sont pas de nature à favoriser une concurrence fratricide entre ces deux majors de l’eau en France et auraient plutôt tendance à limiter la compétition, lors des appels d’offres, à un duel à fleurets mouchetés pouvant les conduire à se répartir entre elles les marchés dans le temps et l’espace à des niveaux de prix artificiellement élevé. Nos deux entreprises laissent des miettes, sur ce secteur économique très concentré de l’eau, à des concurrents peu nombreux et modestes. Il est probable qu’elles sauraient même à l’occasion s’opposer, par d’habiles manœuvres, à l’arrivée sur ce marché d’un rival éventuel susceptible de leur faire de l’ombre.

Leurs moyens financiers et volumes d’affaires sont considérables :

Au plan financier, la voilure de Suez Environnement-Lyonnaise représente le tiers de Véolia, mais en dehors de cette différence de taille, la structure de leurs comptes de résultat et bilans est comparable et leur niveau de rentabilité substantiel. D’ailleurs, celui de Suez, en valeur relative, est meilleur que celui de Véolia.
Sur la base des comptes que nous avons pu mobiliser, comparons quelques données comptables (en milliards d’euros) des exercices 2009 et 2008 pour Véolia et de l’exercice 2008 pour Suez :

VEOLIA (2009 et 2008)

Chiffre d’affaires : 34,55 contre 35,76

Résultat opérationnel : 2,02 contre 1,96

Résultat net : 0,841 contre 0,405

Total Bilan : 49,8 contre 49,1

Dont- immobilisations 14,4 contre 14,6

– capitaux propres 10,13 contre 9,5

– dettes à long terme 17,6 contre 17,0

Marge opérationnelle 5,85% contre 5,48%

Rentabilité financière 8,31% contre 7,44%

Effectifs salariés 291 000 contre 336 000

SUEZ  (2008)

Chiffre d’affaires :  12,4

Résultat opérationnel :  1,04

Résultat net :  0,65

Total Bilan :  19,7

Dont- immobilisations : 8,0

– Capitaux propres: 4,2

– Dettes à long terme  5,1

Marge opérationnelle : 8,38%

Rentabilité financière: 15,52%

Effectifs salariés : 65 380

Ces quelques chiffres montrent bien que ces deux firmes, dotées de fonds propres importants, brassent un volume d’affaires conséquent dans le cadre d’une gestion financière assez voisine : les capitaux permanents (fonds propres et dettes à long terme) financent largement les immobilisations corporelles et incorporelles dégageant ainsi un fonds de roulement consistant et suffisant. Cette bonne structure de bilan leur permet de conduire leur activité en optimisant leur marge opérationnelle et leur rentabilité, même en période de mortes-eaux.
C’est le cas de Véolia dont l’activité s’est contractée depuis 2009 : son chiffre d’affaires a baissé de 3,4%, ses effectifs de 13,3% et pourtant le bénéfice net a augmenté de 207% par rapport à 2008 … grâce, sans doute, à la cession des filiales les moins rentables et à un recentrage sur les activités à plus forte marge.
A ce propos, ce léger repli de l’activité montre qu’en dépit de leur savoir-faire financier ces entreprises séculaires ne sont pas éternelles et à l’abri d’un retournement de conjoncture.

La donne commence à changer
Pour l’heure, ces deux sociétés évoluent encore en 2010 sur un marché de l’environnement toujours favorable mais cependant plus contrasté : le secteur de la propreté est plus florissant alors que celui de l’eau a tendance à régresser. Il est vrai que sur ce dernier créneau des voix s’élèvent pour le retour à la municipalisation de la gestion de l’eau non seulement en raison de son enjeu vital mais surtout de son coût excessif, lorsque le service est privatisé.
Les usagers, mieux informés, ont conscience maintenant de payer ce bien naturel au prix fort et ne voient pas pour quelles raisons ils devraient financer par leurs redevances les rémunérations confortables des dirigeants de ces entreprises, venant pour nombre d’entre eux de la haute fonction publique ou du monde politique, les juteux dividendes versés aux actionnaires, sans oublier le coût des opérations hasardeuses et malheureuses de plusieurs opérations de croissance externe menées aux Etats-Unis, à Munich… et ailleurs dans le monde .

Octobre 2010.

2 commentaires pour VEOLIA Environnement et SUEZ Environnement

  • Bernard Tanger

    PAs mal de boulette dans cet article et notamment sur les parts de marché sur l’eau : elles ne semblent pas correctes

  • Les chiffres de parts de marché indiqués dans la note correspondent à ceux figurant ce soir, 20 octobre, à 18 heures, dans le descriptif des 2 sociétés, à la rubrique « Bourse » du site accessible aux clients de la Société Générale, (qui ne doit pas trop raconter d’histoires à ses clients intéressés par les achats d’actions)…
    Bien à vous,
    AGLEAU

Faire un commentaire